Équipes de France Police
Triathlon
Publié le 25 Sep 2017

GUILLAUME GILLODTS SE QUALIFIE POUR HAWAII

Le DTN Police de triathlon a vraiment des fourmis dans les jambes.

Ce dimanche Guillaume GILLODTS était engagé sur l’Ironman de Cervia en Italie afin d’atteindre son objectif annuel. Avec un temps de 9h12 il s’est qualifié pour la grande messe du triathlon, l’Ironman d’Hawaii qui se déroulera le 14 octobre 2017.

Pour parler au mieux de cette performance rien de mieux qu’une interview.

FSPN : Bonjour Guillaume ! Merci de nous répondre et félicitation pour ton résultat. Pour commencer, comment s’est déroulé ta préparation?

Guillaume GILLODTS : Contrairement à d’habitude je n’ai pas fait le travail de fond dû à une blessure qui est arrivée au plus mauvais moment. Ce moment où il faut borner et emmagasiner les kilomètres. C’était sans compter sur une double entorse. Heureusement grâce aux soins de mon Kiné, j ai pu m’aligner au départ de cette course.

FSPN : Mentalement ça devait être compliqué!

G.G. : J’étais plutôt serein les jours précédents malgré 3 semaines sans courses à pied et 10 jours sans vélo. J’ai vraiment pris le départ avec une préparation minimaliste. Des collègues policiers de la Ligue Sud Ouest étaient sur place et m’ont apporté leurs soutiens. Franchement ça m’a donné du baume au cœur.

FSPN : Venons-en à la course. Comment as-tu débuté cette épreuve?

G.G. : Je me suis placé dans le sas des nageurs visant moins d’une heure et me suis conditionné en me disant oublie que t’as aucune chance et fonce. Avec le rolling start, je me suis retrouvé en 10ème ligne. Je me suis élancé et suis revenu sur quelques nageurs qui m’ont précédé. Ça nageait bien alors je me suis calé dans les pieds.

FSPN : Tu sors de l’eau en 51’42. C’est excellent.

G.G. : À la sortie australienne, j’ai fait l’effort pour tenter d’aller chercher le groupe de devant mais ça ne servait à rien. C’était trop loin.

 

FSPN : Te connaissant, tu voulais malgré tout revenir sur le peloton de tête.

G.G. : C’est sur mais j’avais le temps. Il me restait 185 kms de vélo et un marathon. En plus il n’y avait pas que ça! Les transitions longues de plus d’un kilomètre à faire 2 fois étaient interminables.

FSPN : Parlons de la partie vélo justement!

G.G. : J’ai enfourché mon Argon 18 pour ma «petite balade». Trêve de plaisanterie, les 40 premiers kms ont été avalés en moins d’une heure. La bosse de 2500m avec des passages à 15% nous a quelque peu ralenti. Le 1er tour a été couvert à 39 km/h de moyenne. J’ai un peu faibli sur le second mais la moyenne reste honnête avec 37,5 km/h pour 185 kms.

FSPN : La dernière transition a du faire mal.

G.G. : Effectivement. J’ai posé le vélo et les premiers pas ont été chaotiques, ça allait mieux après avoir chaussé mes Skechers. Je suis parti confiant. Plutôt facile même. J’étais concentré et regardais bien devant moi afin d’éviter les pièges car je ressentais une petit gène. Malheureusement après 20km dans mes allures j’ai explosé. Le manque de fond s’est fait ressentir puis la douleur est apparue. Je ne pensais qu’à ça. J’avoue que l’idée d’abandonner m’est venue mais ça ne fait pas partie de mon vocabulaire alors j’avançais km par km. Le dernier fut une délivrance. J’ai franchi la finish line en 35ème place en 9h12. Pas mal non! Je suis même monté sur le podium à la 3ème place du classement 40-44 ans.

FSPN : On sent que tu es heureux d’avoir terminé la course.

G.G : Content d avoir été au bout. J’ai encore repoussé mes limites. J’en profite pour remercier tout le monde pour tous les encouragements que j’ai reçu.

 

Guillaume, une nouvelle fois merci pour tes réponses et bonne chance pour Hawaii !

R.B.

 

Articles similaires :
Ligue Équipes de France Police
Triathlon
Publié le 27 Juin 2022

Equipe de France police de triathlon

+
Ligue Publication Fédérale
Publication nationale
Publié le 08 Jan 2020

NOTICE LICENCE 2020

+