Est
Volleyball
Publié le 07 Juin 2019

DES SOURIRES ET DU SPORT BIEN-ETRE DANS LE JURA !

RENCONTRE DE VOLLEY A TROIS EN EXTÉRIEUR AU CŒUR DU JURA

Arrivés sur la base nautique de Bellecin (39) au pied du majestueux lac de Vouglans (long de 35 kms et 3° plus grand lac de retenue de France), Romain et moi fûmes vertement apostrophés par bon nombre de collègues déçus de trouver en ces lieux idylliques un climat plus que maussade (09 ° Celsius et 99 % d’humidité quand même !) à la place du soleil radieux promis lors de leur inscription.

Étant aux 1ères loges, avec un (bon ?) collègue roi de l’esquive, je dus faire face ; sur l’instant il ne me parut pas opportun de répondre, mais je tentai une grimace à la fois affirmative, désolée, complice et modeste – enfin, c’était une grimace difficile à réussir.

Que dire en effet ?

Néanmoins je balbutiai quelques mots où il était question de choses approximatives du type ultra galvaudé « après la pluie le beau temps » ; ce genre de choses auxquelles on se raccroche sans réelle conviction.

L’heure n’était pas aux tergiversations mais à l’action ; les gouttes en suspend depuis plusieurs minutes allaient fatalement rejoindre le sol et il était urgent de profiter de cet instant fugace pour envoyer les matches.

Les 15 équipes piaffaient d’en découdre, plus pour se réchauffer que pour concourir !

C’est ainsi que David et Patrick (les GO de l’ASP Lédonienne) délaissèrent le percolateur pour lancer les rencontres avec l’aide inestimable de Nico, venu du Grand Est.

Les organisateurs de l’ASP Lons le Saunier n’ont pas hésité à mouiller le maillot !

Pour certains, venus la veille pour s’imprégner des lieux et mettre toutes les chances de leur côté (le diable se cache dans le détail), ce fut un dur retour à la réalité ; les produits plus ou moins locaux instillés nuitamment n’eurent pas l’effet escompté – pas de potion magique au fond du flacon.

Pour d’autres, affûtés comme des katana (ou かたな), c’était l’aboutissement d’une longue attente (déjà un an!) ; enfin ils pouvaient à nouveau fouler le sable jurassien et montrer à la plèbe l’étendue de leur expertise.

Les matches se succédèrent sans temps morts jusqu’au déjeuner qui se prit sur la terrasse surplombant l’étendue aqueuse – le soleil était revenu.

Cet instant d’échanges et de plénitude après l’effort du matin eut un effet euphorisant pour beaucoup et les vannes en tout genre se succédèrent.

Il faut dire que certains ont l’art de donner le bâton ; comme le prénommé Boris de Besançon qui osa se déplacer chaussé de « gants de pieds » (ou bien « chaussures à orteils ») rappelant l’Homme de l’Atlantide (1977, eh oui), Patrick Duffy dans le rôle de Mark Harris, seul survivant de la cité légendaire, qui se mouvait, lui aussi, les doigts de pieds en éventail.

Un autre iconoclaste, de Dijon celui-ci, arbora toute la journée un chapeau d’explorateur digne d’Indiana Jones et Crocodile Dundee réunis – drôle d’idée de porter un tel galurin quand on a pris une casquette…

Et je ne parle pas des tatouages, fièrement arborés, révélant l’âme artistique de la gente policière.

Avec le dieu Râ de retour et les forces reconstituées, le moral fut au beau fixe pour attaquer les phases finales (les 1ers en poule 1, les 2èmes en poule 2…) soit une bonne vingtaine de rencontres sur les 4 terrains à notre disposition.

Au milieu d’un florilège de points improbables les meilleurs émergèrent, naturellement.

S’il y a bien une image qui me restera de cet après-midi, c’est une balle de match de l’équipe de Besançon (amenée par l’ineffable et malheureusement blessé Mathieu, motard de la Police) consécutive à 2 sauvetages désespérés et un coup de patte décisif de Gelf qui figea l’équipe adverse, incrédule, le public (on était 3) aussi !

Peu importe les moyens, seul le résultat compte…

Vous l’avez bien compris, même s’il y eut de beaux gestes et de magnifiques enchaînements, la plupart des points furent le résultat d’une réelle débauche d’énergie et de volonté.

Et ce dans la plus parfaite bonne humeur.

Quant au classement, même si certaines AS étaient venues en nombre (4 équipes pour Dijon, 3 pour Montbéliard et Lons), ce furent les « petites » formations qui l’emportèrent avec une finale enlevée de haute lutte par les volleyeurs Mâconnais (un subtil dosage de fougue et d’expérience avec Didier le miraculé, Mickaël le polyvalent et Steven l’artilleur) sur une équipe Pontissalienne amenée par Christophe notre CTL, Christophe le mercenaire de Besançon et Ludo la force tranquille.

A la 3° place les dijonnais du COPS21 qui avaient aligné leur équipe type (et mixte !), avec son désormais emblématique président Philippe, finalement bien remis de ses émotions de la veille, épaulé par Arnaud et Nico, d’une densité incroyable, pas les plus grands mais pas les moins costauds (j’me comprends) et, enfin, la touche féminine, plus à l’aise sur un tatami, notre championne de France police de Judo 2018, la guerrière Catherine.

Ces 3 équipes se virent offrir le maillot officiel du comité BFC version été (en blanc), un t-shirt d’ores et déjà collector !

J’aimerais citer tout le monde mais comme j’ai déjà eu quelques remarques acerbes sur la longueur de mes papiers je vais juste féliciter toutes et tous pour leur engouement, leur joie communicative et leur fair-play ; grâce à vous Romain et moi (et Nico, le Nancéien, qui sait savourer ces instants de cohésion et de convivialité) avons passé une journée épatante.

Mention spéciale à notre partenaire la BFM qui avait dépêché sur place ses meilleurs éléments pour en découdre avec la Police en toute légalité ! Avec à la clef une belle 6° place. Nous aurions aimé que leur présence perdure (comme initialement prévu) pour le tirage de la tombola au moment de la remise des prix…

ALBUM PHOTO

 

 

 

Articles similaires :
Ligue Est
Volleyball
Publié le 07 Oct 2019

Championnat régional Grand Est de volley-ball

+
Ligue Est
Volleyball
Publié le 06 Juin 2019

Beach-volley Grand Est

+