Est
Cross country
Publié le 15 Mar 2018

CHAMPIONNAT REGIONAL : DIJON (21)

L’important au moment de la rédaction d’un papier sportif c’est de trouver une accroche suffisamment pertinente qui permettra au scribe besogneux de dérouler la pelote des faits du jour.
Et, ô joie, la venue de nos 2 collègues de Besançon me sauve du syndrome de la feuille blanche !
Nous attendions une soixante de coureurs (dont seulement 7 féminines) dans un des hauts lieux de bol d’air de Dijon, la Combe à la Serpent.
Par petits groupes, les concurrents de tous horizons (notamment du Grand Est) vinrent récupérer leurs dossards et les lots de bienvenue qui vont avec (merci à la BFM), il faut dire que l’équipe du président du COPS 21 Philippe Manoha avait fait les choses en grand.
A part un percolateur plus que récalcitrant (qui ne fît jamais de café !!!) tout roulait au moment des inscriptions jusqu’à ce coup de fil fatidique qui fit tout basculer ; fini la quiétude ambiante et bonjour l’angoisse…
Luc Jeanningros, de la BMU de Besançon, venait de m’appeler d’outre-tombe ou plutôt des confins de la fameuse combe, embourbé et désespéré, à la recherche d’une aide secourable pour le sortir de cette mauvaise ornière (un char Leclerc ou un hélicoptère Vertol H-21 au choix)
Heureusement Betty Cornebois, plus finaude, ne l’avait pas suivi dans cette galère et était restée sur la partie carrossable pressentant le danger de suivre ce motard pourtant averti.
Aujourd’hui encore, Romain et moi ne pouvons toujours pas comprendre le cheminement, la somme d’erreurs, qui engendra une telle situation parce que la pauvre excuse de l’utilisation d’un GPS obsolète n’est pas suffisante pour des enquêteurs chevronnés comme nous.
Evidemment cet appel au secours arriva seulement 1/2h avant le début de la course et nous obligea à décaler tout un processus savamment mis au point.
Nous dûmes reculer l’heure théorique de 10 mn ce qui glaça les veines du grand ordonnateur (le précité Philippe) qui ne supporte guère les approximations.
Tous les compétiteurs sentirent cette tension soudaine et une vague d’incompréhension déferla sur les organisateurs qui firent de leur mieux pour justifier une telle entorse au règlement.
Mais comme le Chef a toujours raison (art 1 du règlement de la FSPN BFC) les choses rentrèrent rapidement dans l’ordre et c’est sous un léger crachin que le départ fut donné en 2 vagues, Séniors/vétérans 1 puis Vétérans 2/3 avec les féminines.
Soit une peu plus de 5.5 kms pour les filles, 7 kms pour les « anciens » et 8.5 kms pour les garennes.
Le parcours tracé par David De Vecchi (un des artisans du trail de Semur déjà cité dans nos colonnes en début d’année) fut des plus sélectifs au grand dam d’un grand nombre de participants qui étaient venus pour une bonne partie de rigolade.
En BFC le sport c’est sérieux !
Comme le veut la tradition les meilleurs l’emportèrent avec leur maestria habituelle et les autres sauvèrent les meubles avec plus ou moins de grâce et de classe :

PHOTOS

Le palmarès :

FILLES : 1/ Isabelle VINCENT (COPS 21) 2/ Betty CORNEBOIS (AS BESANCON) (quand on pense qu’elle a failli ne pas pouvoir participer !) 3/ Nathalie ROCHARD (AS MACON)

SENIORS : 1/ Mickael HERANNEY (USP HAUT DOUBS) 2/ Nicolas DEVILLIERS (ASP YONNE)
3/ Pascal RUTY (ASP YONNE)

VETERANS 1 : 1/ Franck DELREE (AS CRS 40) 2/ Pascal TARBY (USP VESOUL) 3/ Eric LIENHARDT (AS STRASBOURG)

VETERANS 2 et 3 : 1/ Kamel BENCHAREF (AS CHAUMONT) 2/ Etienne GRILLON (USP HAUT DOUBS) 3/ Yves LEBRETON (AS LONS LE SAUNIER)

CLASSEMENT COMPLET

Une fois de plus c’est la 40 qui accueillit tous ces sportifs pour un brin de toilette et un repas convivial précédé du traditionnel kir et/ou jus d’orange. La proclamation des résultats eut lieu pendant le déjeuner avec les 2 tirages de tombola de la BFM avec Grégoire Renoncourt et de la MGP avec son président de la BFC Laurent Closcavet. Encore merci à eux de nous suivre tout au long de l’année…

Mais je sais, fidèle et patient lecteur, que la seule chose qui t’intéresse est de savoir si, oui ou non, le véhicule bisontin fut rapatrié ou s’il resta englué définitivement, modeste stèle, dernier témoignage d’une aventure avortée.
Et c’est là que la devise du corps des CRS : « SERVIR » se justifia une fois de plus pleinement.
Richard Gouzot motard à la 40 (et adhérent au CMPN BFC) et Michael Mandigon du service transport se dépêchèrent sur les lieux, se grattèrent la tête (eux aussi) pour comprendre comment tout ceci s’était produit et firent preuve de leur efficacité coutumière pour soustraire ledit véhicule de l’élément fangeux.
Encore un bel exemple de solidarité face à l’adversité qui fait honneur à notre Institution !
Et un grand BRAVO à tous les participants pour leur fair-play et leur gentillesse à notre égard…

Articles similaires :
Ligue Est
Cross country
Publié le 15 Jan 2018

TRAIL DE SEMUR : BELLE PERFORMANCE DE NOS POLICIERS !

+
Ligue Est
Cross country
Publié le 12 Déc 2017

RENCONTRE REGIONAL DE TRAIL

+